3 Comments

  1. Je partage complètement cet avis, la complémentarité a toujours été bien plus saine et plus productive de résultats que la mise en opposition de points de vue. C’est l’enseignement que les hommes ne tirent jamais de l’histoire…
    Et pourtant, de nombreuses expériences ont montré que l’action conjointe était bien plus puissante que l’hégémonie quelque-soit sa nature.

    Dans un monde idéal, un psychiatre n’a aucun problème à recommander un psychopraticien à son patient pour lequel il pense qu’une psychothérapie est une bonne solution, et inversement, le psychopraticien qui s’aperçoit que le « problème » de son client relève de la psychiatrie va lui recommander un médecin… Bref, agir dans le sens de l’intérêt de nos contemporains ce n’est pas chercher à démontrer qui sait le mieux faire quoi, car au fond, comme dirait Socrate : « tout ce que nous savons, c’est que nous ne savons rien ». Et je trouve que quand on parle de « l’autre », c’est plutôt vrai…

    En tous cas, merci Marie pour avoir partagé un peu de ton expérience à ce sujet. Visiblement, les gens que tu as rencontré ont avant tout cherché à prendre soin de toi, et la psychothérapie a été finalement le bon chemin…

  2. Marie Bouvret

    Voila je ne suis pas médecin mais je ne défends pas un monde plutôt qu’un autre et je regrette que dans nos mentalités les gens ne cherchent pas à allier les méthodes de soin pour le bienfait du patient ou client.
    Pour illustrer ma pensée je prends la liberté de citer mon expérience. J’avoue que j’ai eu la chance de croiser le chemin de personne compétente. Un psoriasis trop envahissant m’a entrainé à pousser la porte d’un acupuncteur qui m’a adressé vers mon medecin homéopathe qui lui meme m’a conseillé une psychothérapeute. Grand merci à ces trois personnes qui, pourtant d’horizons très differents m’ont permis d’aller à la rencontre de moi meme et même si pour cela il m’a fallut environ 7 ans, je n’ai aucun regret. Je ne peux pas donner de durée exacte car j’ai pris gout à la psycho-thérapie au point de vouloir partager avec d’autres l’expérience de la découverte de soi, mais cette fois en tant qu’aidante.
    Plus nombreux nous serons à faire part de nos expériences en tant que clients et plus nous aurons de poids aupres du monde médical. Plus ces mondes si différents de part leur formation s’allieront plus le patient se sentira écouté, respecté et pourra grandir en ne faisant appel qu’a sa propre force. Mais ce n’est que mon avis! Pour ma part si un jour il m’est donné d’exercer le metier de psychopraticienne je le ferai en toute authencité avec le plus grand respect pour le client mais même toute ma bonne volonté ne pourra pas toujours me garantir mes capacités et c’est à ce moment precis que je devrais reconnaître mes limites et pouvoir le dire au client pour lui offrir d’avoir recourt à d’autres méthodes ou professionnels.
    Pour moi l’humilité est une valeur indispensable, vitale que je dois garder au plus profond de moi et qui me permettra de rester vigilante par rapport à mes capacités face à une personne en demande d’aide. au risque de me répéter, ce n’est que mon avis. Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *